Sophrologue, Relaxologue

Sevrage tabac sous Hypnose

Gestion du poids sous hypnose

© 2017 par Ludmilla Fachaux.

Résidence des Terrasses

Bâtiment les Pins

10 rue de la Pailhouse

07200 Aubenas

 

​Quelle est la nouveauté apportée par ce vaccin ?

Les chercheurs américains du Cornell Medical College de New York ont utilisé un nouveau procédé : la thérapie génique. Cette méthode consiste à introduire non pas l'anticorps, mais son gène, dans les cellules de l'organisme.

D'après l'étude publiée dans la revue médicale Science Translational Medicine, l'équipe a mis au point un petit virus ADN non pathogène, appelé virus adéno-associé (AVV), qui sert de vecteur au transfert de gènes. Les scientifiques ont ensuite injecté ce vecteur à des souris dépendantes à la nicotine.

Les rongeurs ont alors produit une multitudes d'anticorps qui, une fois dans le sang, se lient à la nicotine et l'empêchent d'atteindre le cerveau. Résultats, les chercheurs ont constaté une baisse de 85 % du niveau de nicotine dans le cerveau des cobayes. Une fois vaccinée, alors que l'on continue à lui donner de la nicotine, la souris ne manifeste plus aucun effet physiologique. 
 

Bientôt un vaccin contre l'addiction à la nicotine :

Mythe ou réalité ?

"D'après ce que nous avons vu, la meilleure façon de traiter l'addiction chronique à la nicotine, c'est de faire patrouiller ces anticorps, des sortes de Pac-man [personnage mythique de jeux vidéo] qui nettoient le sang avant même que la nicotine puisse avoir le moindre effet biologique", explique à la BBC le professeur Ronald Crystal, qui a dirigé les recherches.​

  • Quel pourrait être son effet sur les fumeurs ?

Avec ce vaccin, "les gens ne ressentiront aucun plaisir à recommencer à fumer, ce qui les aidera à perdre l'habitude", indique le professeur. "Nous avons bon espoir que ce genre de stratégie vaccinale puisse au final aider des millions de fumeurs qui ont essayé d'arrêter, épuisant toutes les méthodes disponibles sur le marché, sans succès, à cause de la force de leur addiction", poursuit-il. 

Pour autant, si une majorité de fumeurs est dépendante physiquement, elle l'est aussi psychologiquement. Or, si le plaisir purement physiologique disparaît, rien ne dit que le réflexe du fumeur, de sortir prendre une pause pour s'en griller une, disparaîtra !!!

  • Pourra-t-il être administré de manière préventive ?

Si les enfants sont vaccinés contre le tétanos qui tue 500 000 personnes par an dans le monde, il semblerait logique faire de même pour le tabac, première cause de mortalité selon l'OMSavec 5 millions de morts chaque année

Sous couvert de longues études établissant un bon rapport bénéfice/risque, le vaccin pourrait un jour être administré aux adolescents qui n'ont jamais fumé, avance le docteur Véronique Nguyen dans Le quotidien du médecin.

  • Quand pourra-t-il être disponible ?

Les chercheurs prévoient de tester la thérapie génique chez le rat et les primates avant de pouvoir l'évaluer chez l'homme. Dans une interview à un site médical américain, le professeur Crystal explique qu'il faudra deux ans avant de pouvoir développer le vaccin pour l'homme, puis les études prendront trois à quatre ans. S'il donne satisfaction lors des essais cliniques, le vaccin anti-nicotine sera disponible d'ici cinq à sept ans.

« Malgré le vaccin, il y aura tout de même des périodes de sevrage » rappelle les chercheurs.

LE MYTHE :  Article en ligne paru dans le Monde.fr| 04.07.2012​

En France, la consommation de tabac, qui avait diminué à partir des années 1970, a augmenté depuis 2005, en particulier chez les femmes et dans les classes socio-économiques défavorisées, pour atteindre près de 34% des adultes d'après l'Institut national de veille sanitaire.

La cigarette tue 200 fois par jour en France et fait perdre entre 10 et 15 années de vie à chaque fumeur sans problèmes de santé.

LA REALITE : La triste farce d'un vaccin anti-nicotine

Décidement, les tabacologues persistent à nier les recherches du professeur Jean Pol Tassin et se mettent désormais à placer tous leurs espoirs dans le soi-disant futur vaccin anti-nicotine.

France 2 a fait un reportage ce samedi 30 juin 2012 dans le journal télévisé de 20 heures et l’on se demande encore pourquoi les grands médias ainsi que les tabacologues persistent à ignorer les recherches du professeur Jean Pol Tassin dont on a un bref aperçu sur le site de l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) : Nicotine et dépendance : les idées reçues partent en fumée.

Il est absolument évident que ce vaccin anti-nicotine ne servira à rien car la nicotine n’est pas une drogue et vouloir lutter contre le tabagisme en accusant la nicotine envers et contre toutes les évidences et recherches scientifiques est un non-sens.

  • Pourquoi les tabacologues ignorent-ils les recherches du professeur Jean Pol Tassin ?

  • Pourquoi les tabacologues persistent-ils à dire que la nicotine est une drogue contre toutes les évidences et les recherches scientifiques ?

  • Quels sont les liens financiers entre les tabacologues et les laboratoires pharmaceutiques ?

Entretien avec Jean-Pol Tassin, Directeur de recherches INSERM au Collège de France 25/03/2013

Le développement d'un vaccin anti-nicotine pour aider les fumeurs à cesser de fumer du tabac n'avait pas été concluant pendant la décennie 2000 à 2010. Surtout parce que la nicotine n'est pas une molécule provoquant la dépendance malgré toutes les hypothèses émises à ce jour. Plusieurs sociétés avaient tenté de mettre sur le marché un tel vaccin qui aurait pu être fort lucratif et spécialement le laboratoire Cytos avec l'aide de Novartis.

On pouvait se douter de l'inefficacité d'un tel vaccin surtout à la lecture de mes travaux concernant le rôle d'haptène de la nicotine dans des réactions immunologiques d'hypersensibilité et spécialement à l'origine d'un syndrome dermatologique familial ressemblant à la dermite séborrhéique.

Aussi, je n'ai pas été surpris des derniers résultats d'une étude concernant un nouveau vaccin anti-nicotine pour cesser de fumer :

Ce vaccin a pour nom Niccine® et contient 40 µg de nicotine face à un placebo qui ne contient plus rien... 

Le nombre de fumeurs testés est important avec 355 fumeurs mais les résultats sont clairs: le vaccin anti-nicotine est équivalent à un placebo malgré l'augmentation des anticorps anti-nicotine. Les auteurs ont utilisé en plus la varenicline entre les jours 56 et 98 de l'étude pour aider les fumeurs à s'abstenir...ce qui surprend pour une étude contre un placebo...car il y a influence des résultats avec une autre substance.

Ces résultats ne sont pas surprenants puisque la nicotine n'est pas une molécule de l'addiction similaire à la cocaïne ou à la morphine mais bien une molécule sensibilisante malgré la faible quantité dans le vaccin.

Il faut bien lire entre les lignes pour comprendre le message concernant l'allergie à la nicotine qui a en fait provoqué la cessation des projets de vaccins anti-nicotine.

On peut aussi comprendre facilement que la reconnaissance d'une telle allergie à la nicotine concernant une certaine partie de la population soit occultée à cause du grand nombre de procédures judiciaires qui ne manqueraient pas d'être initiées pour dédommagement...suite à l'inhalation passive de fumée de tabac.

Soyons sérieux : 
Pensez-vous vraiment qu'un vaccin anti-nicotine puisse être efficace ... Les fumeurs rapportent 14 milliards de taxe à l'état, un vaccin sera facturé 100€, et vous serez non-fumeur ?????
faite le calcul : qu'ont ils à gagner dans cette histoire ?